Quand le journal communal Le Wolvendael se mue en journal du MR local

Voici trois ans, à quatre mois des élections régionales et fédérales et à quelques semaines à peine de la comptabilisation des dépenses électorales, le Wolvendael, journal « ucclois des informations communales, culturelles et commerciales », consacrait une pleine page à l’annonce d’une conférence au Centre culturel (mis à disposition aux frais de la princesse) dont l’orateur n’était autre que Didier Reynders, chef de groupe du MR local et tête de liste à la Chambre. La presse s’en était fait largement l’écho.

Dans son numéro de février, le Wolvendael consacre cette fois 2/3 de page à la présentation d’un ouvrage de l’Echevin B. Dilliès et à la séance de dédicaces qui s’en est suivie. La valeur commerciale de pareil espace peut être estimée à environ 1200 euros.

Une nouvelle fois ce type de publication au profit du parti (trop ?) dominant sur le plan local pose question. Où cela s’arrêtera-t-il ?

Par le plus grand des hasards figurait également sur cette page du Wolvendael une insertion d’Ecolo Uccle annonçant une conférence au sujet des multinationales (qui fut d’ailleurs une belle réussite). Dont coût : 617 euros pris en charge par la section.

Le Wolvendael n’a pas, en dehors des activités et manifestations publiques classiques, à consacrer des reportages ou des articles à la gloire d’un édile ou d’une formation politique, cela ne me semble pas sain. Ou alors, il y a lieu de transformer cet outil en un magazine indépendant. Or, à l’heure actuelle, le contenu rédactionnel du Wolvendael – à l’exception du cahier central « Informations communales » – relève du Centre culturel, qui dépend lui-même de la Commune d’Uccle.

Voilà en substance, le point de vue que j’ai défendu lors du dernier conseil.

En réponse à mon interpellation qui consistait à savoir si pareille publication partisane avait sa place dans le journal communal, le Collège a invoqué la liberté rédactionnelle et a indiqué que le 2/3 de page concerné n’avait pas été financé par l’Echevin, « pas plus que quelqu’un ne paierait pour un article le concernant dans La Libre ou Le Soir » (sic). J’ai dû me pincer pour m’assurer qu’il ne s’agissait pas d’un (mauvais) rêve. Le Collège a toutefois reconnu que ce n’était pas une publication heureuse et qu’il appellerait le rédacteur en chef à davantage de prudence à l’avenir.

Si ce type de publication/procédé pour le moins discutable sur le plan éthique devait se reproduire, Ecolo ne manquera pas de le dénoncer.

Le karting Citykart de Forest s’installera-t-il au Bourdon ?

Le 11 février 2017, la Dernière Heure relevait que le karting City Kart situé à Forest pourrait s’implanter dans notre commune. La parcelle sur laquelle il se situe ayant été rachetée par Audi, il envisagerait en effet de déménager au Bourdon, plus précisément sur l’ex-site Illochroma. Il s’agirait de karts électriques peu bruyants.

Comme chacun sait, ce quartier est « sous pression » (pour reprendre l’intitulé de la brochure publiée par le comité de quartier en lien avec Inter-environnement Bruxelles) depuis plusieurs années. Les habitants de ce coin d’Uccle doivent ainsi s’adapter au développement de nouveaux projets immobiliers et aux problèmes de mobilité de plus en plus conséquents qui en découlent.

Le site ex-Illochroma sur lequel le karting imagine de s’implanter est couvert par le Plan particulier d’affectation du sol (PPAS) n°66 « Château d’Or-Bourdon-Bigarreaux » qui est récemment entré en vigueur. Ce Plan prévoit notamment de renforcer une offre de proximité qui soit adaptée aux besoins du quartier (commerces, écoles, etc.) et de développer des espaces de vie, des espaces publics conviviaux. Il est notamment question d’y créer une place qui pourrait notamment y accueillir un marché.

L’exploitation d’un karting pourrait-elle être autorisée sur ce site ? L’Echevin M. Cools m’a répondu par l’affirmative, ce type d’activité n’étant pas en principe exclue par le PPAS. Pour le reste, il a indiqué ne pas avoir eu de contacts avec City Kart depuis la parution de l’article. Il n’a rencontré l’exploitant qu’une fois, voici plusieurs mois.

Respect du plafond de 150 % de l’indemnité parlementaire : le Bourgmestre et l’Echevin B. Dilliès remboursent plusieurs dizaines de milliers d’euros à la Commune

Une ordonnance (législation bruxelloise) de 2006 prévoit que : “ La somme des rémunérations perçues en rétribution des activités exercées par les mandataires publics ne peut excéder 150 pourcents du montant de l’indemnité parlementaire”. En cas de dépassement de la limite fixée, « les rémunérations sont réduites à due concurrence ».

Autrement dit, un député qui cumule cette fonction avec celle de Bourgmestre ou d’Echevin, et le cas échéant avec divers mandats dans d’autres organismes publics (intercommunales par exemple), voit sa rémunération limitée à 150 % du montant de l’indemnité parlementaire. Ceci ne vise pas d’éventuels revenus afférents à des activités privées. S’il dépasse ce plafond, le montant correspondant à ce dépassement doit être retranché de son salaire, sur base d’un plan de réduction établi par le Secrétaire communal. Cela permet donc à la commune concernée de réaliser des économies.

Force est de constater que le contrôle de ce plafond semble aléatoire.

La Libre, qui s’était intéressée à la situation à Uccle voici quelques semaines, avait ainsi révélé que : “Ni très sûr ni très regardant, Boris Dilliès (MR), député échevin à Uccle, a admis un peu par hasard avoir touché des jetons de présence dans deux intercommunales alors que ses revenus étaient déjà plafonnés. Conformément à la législation, sa commune doit adapter son salaire d’échevin aux 150 %. L’a-t-elle fait correctement ? Questionnée sur les situations de plusieurs mandataires locaux, relativement anciennes pour certains, la secrétaire communale d’Uccle n’a pas souhaité détailler ses calculs. “Au niveau communal, le contrôle est en cours et s’il échet, les retenues (seront) effectuées”, répond Laurence Vainsel. Vérification en cours donc. Quid des années précédentes ?”.

A l’occasion du dernier conseil, je suis dès lors venu aux nouvelles afin de savoir si la Commune d’Uccle avait veillé à ce que l’ordonnance de 2006 soit effectivement respectée et si le calcul de la somme à retrancher avait bien intégré les montants perçus dans le cadre de mandats publics dérivés. Dans l’affirmative, j’ai demandé quelle économie cela représentait pour Uccle sur base annuelle. Dans la négative, j’ai souhaité savoir à combien s’élevaient les montants non retranchés (et qui ont donc été indument versés) et comment les membres concernés du Collège prévoyaient de se mettre en conformité vis-à-vis de la législation existante.

L’Echevin M. Cools a indiqué que les montants des jetons perçus par le Bourgmestre et l’Echevin B. Dilliès n’avaient pas été retranchés depuis quelques années mais qu’ils avaient tout récemment remboursés l’intégralité des sommes correspondantes à la Commune. Il n’a toutefois pas rendu publics lesdits montants, la tutelle ayant indiqué qu’il n’y était pas tenu. Il s’agirait de plusieurs dizaines de milliers d’euros qui apparaitront de toute manière dans les comptes annuels communaux.

Relisez l’article de La Libre à ce sujet ici.

Le déménagement de Cavell prévu pour le 9 décembre prochain

Lors du dernier conseil communal, j’ai interpellé le Collège afin de faire le point sur l’important dossier du déménagement de l’essentiel des activités de la clinique Edith Cavell vers Delta. On a appris à cette occasion qu’il était fixé au 9 décembre 2017.

Qu’adviendra-t-il du site après ce départ ? S’il a été acquis par AG Real Estate et Burco Group voici près d’un an, le lancement du projet de sa reconversion a été retardé par un litige en justice. L’Echevin M. Cools a indiqué que cinq décisions de justice avaient été rendues ces derniers mois, donnant toutes tort à une société (Novo Holding) qui contestait la vente du site. AG Real Estate et Burco Group ont dès lors décidé d’aller de l’avant. Deux réunions se sont ainsi tenues dans les bureaux de l’administration communale d’Uccle fin 2016 et en janvier 2017. Si tout va bien, la demande de permis devrait être introduite dans quelques semaines.

Le maintien du niveau technique au sommet du bâtiment situé rue Edith Cavell fait débat. J’ai, comme d’autres, prôné sa suppression. Par ailleurs, l’idée serait de diminuer le nombre de m² du complexe bâti en échancrant l’intérieur du site pour y retrouver un réel intérieur d’îlot avec des jardins et des espaces extérieurs. Notons aussi que la façade côté Cavell devrait être retravaillée afin de lui donner un aspect plus dynamique. Il s’agirait, d’après l’Echevin, « d’un projet d’architecture de grande qualité ».

Les niveaux -1 et -2 où se trouvent aujourd’hui les salles d’opération devraient être reconvertis en parking pour les occupants de l’immeuble. Le rez-de-chaussée du bâtiment accueillera vraisemblablement des commerces, professions libérales et/ou équipements publics. J’ai insisté sur le fait qu’il convenait d’éviter d’y implanter une grande surface et d’opter plutôt pour des commerces de proximité.

Une polyclinique sera également maintenue sur le site. Elle sera localisée dans un premier temps, et à titre tout à fait temporaire, dans les trois premiers étages du bâtiment côté Cavell avant de prendre définitivement ses quartiers dans le bâtiment situé à l’angle Vanderkindere-Lotz fin 2018.

Mr. Cools a précisé qu’une réunion d’information à l’attention des riverains se tiendrait en temps voulu, avant le lancement de l’enquête publique, à l’école communale du Longchamp.

Mon intervention a été relayée par la RTBF et La Libre.

Ecolo propose d’installer des bulles à huile usagée à Uccle

La presse s’est fait l’écho du succès rencontré par deux bulles à huile usagée installées récemment à Jette. En trois mois à peine, plus de 2000 kilos de graisses et d’huiles ont été récoltés, c’est beaucoup plus que ce qui avait été imaginé. Alors que la commune avait tablé sur une vidange par mois, ce sont finalement deux récoltes par semaine qui sont organisées. Elles sont prises en charge, tout comme le tri du contenu de la bulle et le nettoyage de ses abords, par la société Quatra. Le nombre de bulles va prochainement passer de 2 à 20 au sein de l’entité.

Lire la suite